Connaître le patrimoine naturel

Identifier les sites sensibles et suivre l'évolution des milieux naturels selon des critères relatifs à la flore, à la faune et au fonctionnement des écosystèmes.

  • Universités, administrations, associations naturalistes, collectivités, professionnels de l'environnement ou simple citoyen, tout un chacun peut proposer au Conservatoire d'intervenir sur un site. Pour être retenu, l'intérêt biologique de celui-ci doit être validé. C'est le premier rôle du secteur scientifique.

  • Une première étape consiste à visiter le site à différentes époques de l'année afin de procéder à l'inventaire des espèces et des habitats remarquables. Un dossier sur l'intérêt biologique du site est alors présenté au Bureau du Conservatoire qui prend une décision de principe d'intervention. Un périmètre d'intervention foncière regroupant les parcelles d'intérêt biologique est alors défini avec le secteur foncier.

  • Une fois la maîtrise foncière assurée, le secteur scientifique rédige un plan de gestion : il définit les objectifs de conservation et les moyens de réhabilitation à mettre en oeuvre, en concertation avec l'équipe travaux qui assure un suivi des interventions, certains travaux pouvant avoir un impact fort sur le milieu.

  • Une fois réhabilité, des pratiques de gestion sont mises en place. Ce peut être une fauche annuelle, le retour des troupeaux, voire pas d'intervention du tout (s'il s'agit d'une tourbière, par exemple). En effectuant des relevés annuelsde la flore et de la faune, le secteur scientifique s'assure de l'adéquation des mesures entreprises et au besoin, propose une réorientation des pratiques de gestion.

  • Enfin, grâce aux connaissances acquises sur le terrain, le secteur scientifique participe à la diffusion de l'information en collaboration avec la mission communication du Conservatoire : bulletin trimestriel, site internet, éditions diverses, panneaux sur site...