Etat des lieux écologique des pelouses sèches calcicoles du territoire CVB Cœur de Savoie, hiérarchisation des enjeux

Type d'offre :

Référence de l'offre : 
STAG-SCI-PS-2020
Lieu(x) d'activité : 
Siège du Parc naturel régional du Massif des Bauges
Période d'activité : 
De mars à septembre 2020
Date limite de candidature : 
Mercredi, 2 décembre, 2020
Contexte : 

Dans le cadre du Contrat Vert et Bleu (outil développé par la Région) porté par la communauté de communes cœur de Savoie, le Parc naturel régional du Massif des Bauges (PNR), la Chambre d’Agriculture Savoie Mont-Blanc (CASMB) et le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie (CEN Savoie) se sont engagés (co-maîtrise d’ouvrage) dans une action de définition d’une stratégie de préservation des pelouses sèches calcicoles en adéquation avec les différents usages économiques.

Les pelouses sèches sont une part importante du patrimoine naturel de la Communauté de Communes Cœur de Savoie. Leur intérêt est multiple : points chauds de biodiversité, (insectes, reptiles, oiseaux, orchidées), réserves fourragères, réservoir d'auxiliaires de l'agriculture, ressource mellifères, production de plantes médicinales, zone d'accueil pour des espèces chassables. La présence de nombreuses espèces d'affinité méditerranéennes leur vaut plusieurs reconnaissances : ZNIEFF, Site Natura 2000, classement N aux PLUI. Les bas de versants des massifs de la Grande Chartreuse, des Bauges et de Belledonne sont les plus favorables à leur maintien. L'ensemble qu'elles constituent entre zones anthropisées à l'aval et versants boisés à l'amont est communément appelé "Trame orange", elle constitue une partie essentielle de la trame verte et bleu.

Par leur position dominante dans le paysage et malgré un embroussaillement avancé, elles constituent un élément majeur de l'attractivité du territoire. À ce titre, les acteurs de la combe de Savoie ont travaillé à l'élaboration d'un plan paysage dès 2015 où elles figurent parmi les enjeux du PAEC du Massif des Bauges. Elles subissent néanmoins de nombreuses pressions : urbanisation, viticulture, équipement d'énergie solaire...

Le maintien et la restauration de cette trame orange nécessitera de poursuivre le travail de concertation amorcé, notamment sur les zones de recoupement avec la vigne, afin de développer les connaissances scientifiques et agronomiques ainsi que le partage de ces différents enjeux.

 

Le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie, en lien étroit avec le Parc naturel régional du massif des Bauges et la Chambre d’agriculture Savoie Mont Blanc souhaitent donc établir un état des lieux écologique des pelouses calcicoles. Ce travail requière une mission de stage de 6 mois.

 

Un parallèle sera réalisé en termes d’état des lieux économique (place des pelouses, usages…) des pelouses sèches calcicoles afin de croiser l’ensemble des enjeux.  Ce travail fera l’objet d’un second stage porté par le Parc et la Chambre d’Agriculture. Ces deux missions de stage seront menées en interaction pour travailler au croisement des enjeux.

 

Missions confiées au stagiaire :

  • Travail cartographique préparatoire à la campagne de terrain, et première analyse des enjeux en fonction des différents inventaires et zonage de référence (SCOT, SRCE, ZNIEFF, Inventaires PS, Sites NATURA 2000 etc.).
  • Contribution à l'élaboration de la fiche de terrain avec les données à recueillir : biologique (faune, flore Habitats) et environnementaux (Sol, exposition, enfrichement, patrimoine, usages en cours .etc.).
  • Réalisation des relevés de terrains faune et flore en autonomie après une période de formation avec un botaniste et entomologiste du CEN Savoie. (Remplissage des fiches terrain et saisie des données acquises sous SIG, la BDD sera développée avec la cellule SIG du CEN.)
  • Faire une proposition de hiérarchisation des pelouses sèches en fonction des enjeux naturalistes et environnementaux dans un contexte de restauration du réseau SRCE.
  • Croisement des enjeux en lien avec le stage sur l’état des lieux économique. Etudier les zones de recouvrement des enjeux à mettre en concertation et évaluer la faisabilité d’une démarche de co-construction pour résoudre les zones sous pression.

Un comité de pilotage accompagnera cette démarche dont le lancement est prévu mi-janvier et duquel suivra une réunion d’information auprès des exploitants afin de préparer la phase de réalisation de l’enquête.

Rémunération : 
Indemnisation selon les règles en vigueur