Restauration du marais de Chautagne

Axe(s) d'action :

Mise en place du programme : 
2016
Phases : 
2016-2017 : phase opérationnelle préalable aux travaux de restauration ; 2017-2021 : engagement des travaux de restauration
Contexte : 

Depuis les années 1970, le changement drastique des crues du Rhône (successif à l’aménagement hydro-électrique du fleuve) et la mise en place d’un important réseau de drains ont conduit à un profond assèchement du marais de Chautagne (situé au nord du lac du Bourget) et à l’abaissement de la nappe d’accompagnement. Ces aménagements ont permis la mise en culture du marais et l’exploitation de vastes surfaces agricoles et sylvicoles.

Conséquences de ces modifications d’alimentation en eau, le sol tourbeux de Chautagne se minéralise et se tasse, les espèces envahissantes (bourdaine, solidage) se développent et les milieux naturels se banalisent, entrainant la disparition des espèces floristiques et faunistiques remarquables inféodées aux zones humides.

Soutenu par l’Union Européenne (Fonds Européen de Développement Régional) et l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse, le projet de « renaturation hydraulique et agroenvironnementale de 60 ha de milieux humides ouverts dans le marais de Chautagne » vise à restaurer les fonctionnalités écologiques de cette zone humide d’intérêt majeur pour la Savoie et prioritaire au niveau régional, européen (Natura 2000) et international (site RAMSAR). Il constitue le volet « milieux humides ouverts » d’un projet intégré de développement agro-touristique et de renaturation de la plaine de Chautagne, piloté par la Communauté de Communes de Chautagne (CCCh), qui se compose de 3 volets :

  • milieux humides ouverts, porté par le CEN Savoie et la Commune de Chindrieux ;
  • milieux humides en forêt domaniale, porté par l’Office National des Forêts (ONF) ;
  • développement agro-touristique, porté par la CCCh.
Partenaires financiers : 
Partenaires du programme : 
Contenu / Actions : 

Propriétaire de la parcelle objet de la renaturation en question, la Commune de Chindrieux a mobilisé l’expertise du CEN Savoie pour l’accompagner dans le pilotage du projet. Exploitée depuis plus de 35 ans en maïsiculture, l’état de cette parcelle nécessite une restauration à plusieurs titres :

  • hydraulique (baisse du niveau d’eau de la nappe due au drainage) ;
  • environnementale (extrême pauvreté en espèces, effet biocide des traitements phytosanitaires pratiqués) ;
  • agricole (projet de remplacement d’une monoculture céréalière par des prairies humides de fauche, voire d’autres productions agricoles biologiques compatibles).

Faisant appel à des compétences multiples (agronomie, hydrologie, pédologie, biologie, etc.), ce projet d’envergure s’appuiera sur la mobilisation d’un important réseau d’experts. Le travail en 2016 consiste à engager la phase opérationnelle préalable aux travaux de renaturation, qui consistera en la réalisation :

  • des états initiaux de la parcelle avant restauration (volets pédologique, hydrologique, biologique, agronomique) ;
  • d’un semis de couverture, pour empêcher l’installation d’espèces indésirables ;
  • d’une première expérimentation d’ensemencement avec des graines locales sauvages issues de zones humides voisines.

Parallèlement à ce volet technique, il sera question en 2016 :

  • de déposer les dossiers réglementaires nécessaires à l’engagement des futurs travaux de restauration (terrassements, ouvrages hydrauliques) ;
  • d’élaborer un plan de communication concerté avec les trois partenaires du projet intégré ;
  • de proposer des itinéraires techniques pour la valorisation agroenvironnementale de la parcelle après restauration.

Cette première phase opérationnelle s’inscrit dans un projet global visant la réhabilitation de zones humides prioritaires du Plan Rhône, et dont les finalités sont multiples :

  • poursuite d’un gain environnemental par la réhydratation du marais de Chautagne et la lutte contre la présence d’espèces envahissantes ;
  • maintien et valorisation d’une activité économique agricole locale et durable ;
  • valorisation pédagogique et touristique du site (réalisation d’un itinéraire de déplacements doux, mise en place d’une communication sur site, programme d’animations, etc.) ;
  • capitalisation de données et de résultats sur des méthodologies et techniques de restauration et de gestion innovantes, contribuant à la restauration de milieux humides dégradés ;
  • mise en réseau de partenaires techniques et d’experts scientifiques et partage de retours d’expérience.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le blog de suivi du projet à l'adresse suivante : http://censavoie.wixsite.com/marais-chautagne

Plan de financement : 
Union Européenne (via le Fonds Européen de Développement Régional) 50 %
Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée-Corse 50 %